, 'opacity': false, 'speedIn': , 'speedOut': , 'changeSpeed': , 'overlayShow': false, 'overlayOpacity': "", 'overlayColor': "", 'titleShow': false, 'titlePosition': '', 'enableEscapeButton': false, 'showCloseButton': false, 'showNavArrows': false, 'hideOnOverlayClick': false, 'hideOnContentClick': false, 'width': , 'height': , 'transitionIn': "", 'transitionOut': "", 'centerOnScroll': false }); })
8 mars 20131 Commentaire

DEAR GEORGE CLOONEY, TU VEUX PAS EPOUSER MA MERE ? Susin Nielsen

La couverture est rose pâle. L’illustration, pas révolutionnaire. Le titre, franchement neuneu. Les apparences sont trompeuses : ce livre est un pur chef-d’oeuvre.
Jusqu’à ce qu’il se retrouve entre mes mains grâce au prix littéraire de mon collège, j’étais convaincue (à tort) de sa stupidité : une fille qui veut marier sa mère à George Clooney ! Cela me semblait être un cliché total de la littérature pour ados. Erreur.

Dès les premières pages, je me suis laissée entraîner dans la vie de Violette Gustafson-Popischil, une petite canadienne de 12 ans résidant à Vancouver avec sa mère divorcée et sa soeur Rosie. Car à bien des égards, Violette nous ressemble : elle va au collège comme nous, apprécie des élèves et en déteste d’autres, a un compte Facebook (avec plus ou moins d’amis).
Les personnages sont particulièrement attachants (à quelques exceptions près…) et l’histoire vraiment sympa : l’héroïne, déçue par son père parti refaire sa vie à Los Angeles avec, je cite, « une bimbo sans cervelle », décide de réagir à la conduite erratique et immature de sa mère qui, après être sortie avec les dix pires prétendants de la terre, se croit parfaitement heureuse avec « un type nommé Dudley Wiener », spécialiste en jeux de mots affligeants, possédant des goûts vestimentaires assez surprenants et amateur de vide-greniers. Pour Violette, le seul homme susceptible de mériter une personne aussi extraordinaire que sa mère n’est autre que le célèbre George Clooney, et elle fera le nécessaire pour qu’ils se rencontrent !

Le texte est écrit avec ironie par une auteur dotée d’un sens de l’humour aigu, qui sait passer du rire aux larmes avec subtilité et dresse le portrait des personnages sans jamais en faire trop, sans les caricaturer.
Un livre heureux, qui rend heureux, pour filles ET garçons.

A partir de 10 ans pour les bons lecteurs; sinon, 12 ans, ce n’est pas mal non plus…